La “Pharmachienne” du 67 – Histoire X

pharmacienne salope chaude qui baise

Bonjour à tous, j’ai décidée d’immortaliser sur ce site “The” plan cul de ma vie. Celui qui m’a marquée plus que les autres avec un mec du Sud de la France. Il m’arrive encore d’avoir des fantasmes et de penser à lui quand je couche avec d’autres mecs et ça m’excite toujours autant.

Je m’appelle Élodie, 30 ans, préparatrice en pharmacie dans un quartier tranquille à 10 minutes de Strasbourg.

Mon histoire prend racine le soir de la Saint Sylvestre chez des amis. En effet ma copine Florence et son colocataire Bernard avaient décidé d’organiser dans leur appartement la soirée de fin d’année. Nous devions être une quinzaine de personnes environ et certaines de mes copines s’y rendaient aussi. Célibataire toujours en ce moment et n’ayant rien de prévu, j’acceptai de m’y rendre pour passer une un bon moment.

Le fameux soir arriva et avec moi l’envie de faire la fête et rencontrer certaines de mes copines et de nouvelles têtes.

En arrivant sur place, l’appartement était déjà bien occupé, l’ambiance était calme mais agréable. Les gens faisaient connaissance les uns avec les autres, ça discutait, ça riait, et la musique de fond nous mettait peu à peu dans le rythme.

Je prends des photos en pleine baise

Je prends des photos d’Elodie en pleine baise

Je balayai les visages soigneusement afin voir qui s’y trouvait mais rien de très intéressant de prime abord. Même si très rapidement mes yeux se posaient sur un beau mec, brun, 1m80 environ, lunettes noires et beau sourire. Il percuta rapidement que je l’observai et en fit de même avec un sourire contagieux. J’avais trouvée, du moins de visu, un beau gars et il restait maintenant à savoir ce qu’il valait.

La soirée battait son plein, apéritifs à volonté et bonne musique et chaque instant était propice à capter le regard de ce mec, dont je ne savais encore rien. Le seul qui n’était pas venu me parler, ça commençait vraiment à m’agacer car je n’aime pas qu’on me résiste. Ils étaient tous autour de moi comme des vautour mais lui; rien à foutre de moi. Il s’éclatait en dansant et discutant avec les autres mecs et filles de la soirée.

Bref, je cédai en lâchant mon numéro à un gars plutôt mignon qui me tournait autour depuis le début.

Le mec mystère se trouvait pas très loin de nous ce qui me laissait croire qu’il pouvait me voir échanger avec l’autre gars et par conséquent le faire réagir. Mais il ne bouchait pas d’un centimètre. Il était assis sur le canapé buvant sa bière paisiblement.

Plus tard dans la soirée je fumais ma cigarette dans la cuisine de l’appartement avec deux mecs collants qui me suivaient comme des petits chiens et pas moyen d’être tranquille une minute. Je reçois alors un sms d’un 06 ** ** ** ** qui disait :

-”Tu arrêterais de fumer pour moi ? Si oui, répond : oui seulement si tu me dis qui tu es; Si non répond : va te faire foutre ;-)” ça m’a fait tellement rire mais j’avais aucune idée de qui ça pouvait être. J’optai donc pour la première réponse.

-”Excellent choix ! Et si tu regardais sur la piste de danse ?” Je pensai direct à lui mais je n’y croyais pas. Je me rends alors dans le salon et le voit en train de danser seul sur la piste tel une star avec son public admiratif, son téléphone à la main.

Il s’approche de moi et me propose de danser avec lui en m’agrippant par les hanches. J’accepte sans hésiter l’invitation et nous voila repartis pour quelques minutes le temps d’un bon “Love génération de Sinclar”. Les gens revenaient sur la piste, faisaient comme nous puis la soirée repartait de plus belle.

En fait, il avait réussi à entendre et à mémoriser mon numéro de téléphone lors de l’échange rapide avec l’autre mec en milieu de soirée. C’était très bien joué de sa part. D’habitude je n’aime pas les messages intrusifs surtout lorsque je n’aie pas donné mon numéro mais là c’était différent. Trop de Class. Je commençai à mouiller.

Tout le long de la soirée on s’envoyaient des textos, il préparait le terrain et je lui faisais comprendre que j’étais “Open”.

Vers 3h du matin, une fois la nouvelle année passée, la plupart des gens partaient soit pour rejoindre des proches soit pour rentrer chez eux. Mon beau gosse, car je ne connaissais toujours pas son prénom, faisait partie du lot alors je quittai avec lui cette fin de soirée. Sur le parking, je discutais avec quelque uns de mes amies avant de rentrer et de me débarrasser des mecs lourds. Mon prétendant me regarda en souriant et monta dans sa voiture immatriculé 31 pour s’en aller. Aussitôt arrivé aussitôt parti.

C’était comme chimique, rien ne s’était passé avec ce gars, on avait à peine échangé quelques mots et j’étais déjà à fond sur lui. Il y avait une réelle tension sexuelle dans l’air et que des regards complices. J’étais si excitée à l’idée d’être sa chose et qu’il me baise.

Je montai à mon tour dans la voiture un peu déçue de son départ. Je m’apprêtai à démarrer le moteur quand soudain mon téléphone se mit à sonner, c’était lui !

Je décroche et répond d’une voix mielleuse :

-”Allô ?”

-”Bonne année ! Cette fois par téléphone, alors tu t’es bien amusé ce soir petite fille ?”

Mon coeur battait la chamade.

-”Bonne année toi aussi, c’était une trop bonne soirée je l’avoue ! Tu danses super bien !”

-”Merci, j’avoue que ton style n’est pas mal du tout non plus, tu bouges bien, c’est intéressant ! Mais ce soir je t’ai vu boire à ne plus en pouvoir ce soir et en tant que Gentleman il est de mon devoir de te raccompagner chez toi”

-”Hola hola ! Tu me prends pour une fille facile garçon ?” en souriant

-”Absolument pas ! Mais plutôt pour une fille responsable et d’ailleurs j’ai très envie de te voir ce soir !”

Mon coeur battait encore plus fort.

-”Ah oui ? Qui te dis que moi je veux ?”

-”Ta voix cassée et ton coeur qui bat la chamade en ce moment !”

-”…Alors viens me voir ! Suis au 44, *** ** *******, 67380 Lingolsheim, pousse la porte d’entrée puis au rez-de-chaussée à droite et au fond !”

-”Au fond, j’arrive dans 30 minutes”

J’étais arrivée chez moi et je faisais un peu de rangement avant son arrivé. J’étais super nerveuse et ma chatte continuai de mouiller.

Il sonna à la porte tout à coup et j’allai lui ouvrir avec une belle tenue. En ouvrant, il était là debout et souriant il s’avança d’un pas et me roula une pelle. Je l’amenai directement dans ma chambre où dans le noir complet on se déshabillaient.

Me rejoignant dans le lit, il s’assit au bout calé sur les oreilles. En deux minutes à peine, je suis devenue chaude comme de la braise contre lui, j’ai pris sa bite et je me suis mise à le branler doucement en l’embrassant à pleine langue puis j’ai commençai à le sucer.

En train de fourrer ma pharmacienne

Dans la petite chatte chaude d’Elodie…

Je l’entendais lancer des cris de plaisir. J’y crois pas ! J’étais en train de sucer un parfait inconnu dans mon lit en plein noir, trop excitant. J’ai ensuite prit une capote dans le tiroir de la table de chevet en la lui mettant. Sans me faire prier je me suis empalé dessus en enfonçant son sexe profondément dans mon vagin. Je sentais ses mains caresser et tenir mes cuisses avec force lorsque je le chevauchai. Excité comme un chien, il me souleva et m’allongea de l’autre conté du lit en me disant :”ouvre ta chatte”, je m’exécutai aussitôt pour son plus grand plaisir.

Il enfonça sa biroute en moi par derrière, j’adorai trop cette position car la pénétration est plus profonde. Je sens sa main me prendre par le cou et se tenir à moi alors qu’il est déjà en train de me bourriner comme un taré ! Je lui en réclame encore plus et plus profond, le fils de pute n’y va pas de main morte, il me défonce comme je le mérite. Endurant et performant ce salaud, le coup du siècle, j’adore ça !

Je vais exploser tellement que c’est bon…Je sens enfin qu’il va jouir et pour rien au monde je louperai ça, je lui cri : ”vient, vient, allez vient vider tes couilles en moi, vas-y vient !” puis il éjacule !

Je me sens juste trop bien après ça. Je le sens se lever et aller se laver aux toilettes puis il revient se coucher. La soirée fut longue et le plaisir insatiable.

Élodie, 30 ans, Strasbourg

rencontre femme coquine